Maman,

Je réagis toujours à retardement quand on me balance des trucs méchants dans la gueule donc je vais le faire ici pour l'engueulade de mercredi, enfin engueulade non plutôt monologue...

Maman,

Je sais, j'imagine que pour toi l'annonce de ma transexualité est quelque chose de vraiment dur à comprendre et à accepter. Quand je suis né on t'a dit que j'étais une petite fille mais en grandissant j'ai réalisé qu'il y avait un décallage entre ce que je renvoyais comme image et celle que j'avais de moi. L'idée de devoir faire un peu le deuil d'un enfant est surement douloureuse mais je ne vais pas disparaître de la surface du globe, mon caractère et ma personnalité resteront tels qu'ils sont. J'essaye de me mettre à votre place, de savoir ce qui peut bien passer dans vos têtes et je ne sais pas si j'y arrive. Tu sais je n'ai rien imposé justement parce que j'essaye de comprendre ce que vous pouvez ressentir contrairement à d'autres gens comme moi qui oblige leurs parents, leurs frères et soeurs à parler d'eux au masculin ou au féminin selon le cas. Comme la psy me l'a dit il faut que je me fasse à l'idée que je resterais surement toujours E et elle pour vous.

Je ne fais pas une crise d'adolescence et je ne fais surement pas ça parce que ce serait un moyen de sortir avec Y loin de là même. Je fais juste ça pour avoir droit à un peu de bonheur et moins de souffrance. Le fait de me dire que c'est non pour le changement de sexe ne changera rien, je n'ai plus quatorze ans alors même si je suis encore sous votre toit et encore dépendant de vous je suis quand même maître de mes décisions. Sache aussi que je ne fais pas ça pour faire souffrir quiconque, que je ne fais pas ça pour vous emerder de quelques façons que ce soit non plus. Je sais que tu cherches des excuses à tout ça mais il n'y en a pas : ce phénomène de transidentité à toujours exister, ce n'est pas quelque chose de nouveau inventé au vingtième siècle. Et puis ce n'est pas votre faute non plus. Pourquoi ce serait moi l'égoïste en décidant de transitionner ? Pourquoi ce ne serait pas vous en me refusant l'accès à un mieux être ? Je ne veux pas être et ne suis en aucun cas le centre de la famille mais je ne vais pas m'empêcher d'être heureux pour vous faire plaisir, pour que vous gardiez l'image que vous avez de moi. Alors en fait peut être que dans un sens je suis égoïste mais qui a envie d'une vie tronquée pour faire plaisir à autrui ?

Peut être que les mots ont dépassé ta pensée mercredi, j'en sais rien. Je n'ai toujours pas trouvé non plus le but de cette conversation mais si c'était pour blesser ça a fort bien réussi. Tu m'a touché, bien profond, fait saigner aussi. Je sais que tout ça te dépasse, que tu as cette rage en toi et que les mots sont l'expression de celle ci mais quand même ce n'est pas une raison pour m'assassiner à chaque discussion parce que je ne tiendrai pas longtemps. Je n'ai pas assez de force pour porter mes angoisses, mes doutes, mes souffrances et les votres. J'ai les épaules larges mais pas infiniment. Tu aurais pu m'écraser avec le poids des mots...

Article pris sur le Blog d' Olivier avec son autorisation .
Maman

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site